Pour mettre fin à la culture de l’échec,

Pour mettre fin à la culture de l’échec, il faut déjà s’inscrire dans la culture du respect. L’estime de soi commence par le refus qu’on insulte votre histoire et votre famille. L’autre peut avoir les pires préjugés à votre égard sans que vous les intégriez dans vos comportements. C’est bien ce que nous faisons depuis 57 ans. Voilà 15 ans que je propose à des États africains d’écrire notre histoire, d’honorer nos ancêtres. Comment expliquer que l’hommage aux ancêtres soit refusé à ces hommes, femmes et enfants suppliciés dans les fers de l’esclavage ?
Nous proposons (presque en suppliant) qu’une journée officielle du souvenir soit instaurée sur le continent à la mémoire des victimes de l’esclavage et de la colonisation. Nous implorons les États de revoir les manuels scolaires d’histoire dont la plupart débutent à la colonisation ! Vous rendez-vous compte du type d’imaginaire que l’on fabrique en évoquant ainsi le récit national ? Vous engendrez des générations d’êtres humains dont l’inconscient est pétri de soumission, devenant redevables à l’État de l’ancien « maître »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s